Le Brésil, un pays très conservateur

maioridade

Pour ceux qui ne connaissent pas bien le Brésil, les images des paysages paradisiaques, avec des filles sur la plage portant des micro-bikinis peuvent donner l’impression d’un pays très, très libéral. Un paradis tropical où tout est permis. L’image d’un peuple toujours souriant et accueillant peut également donner l’illusion d’une ouverture d’esprit inhérente au géant sud-américain. Cette image est pourtant erronée. Le Brésil est un pays très conservateur.

Avec une tradition catholique ancrée dans son histoire, le Brésil interdit toujours l’avortement (sauf en cas de viol, de grossesse représentant un risque pour la vie de la mère ou encore quand le bébé n’a pas de cerveau). Les femmes gagnent toujours moins que les hommes. Pour 37% de la population, la pauvreté résulte de la paresse et non de l’inégalité des chances. Le mariage homosexuel a été approuvé par la Cour suprême en 2011. Pourtant, de nombreux juges (responsables des mariages au Brésil) continuent à refuser les mariages de couples du même sexe.

En 2014, le pays a élu le Parlement le plus conservateur depuis 1964, année où les militaires ont pris le pouvoir par un coup d’Etat. Les résultats ne se sont pas fait attendre. La semaine dernière, la Commission de constitution et justice de la Chambre des députés a approuvé une proposition de loi visant à abaisser de 18 à 16 ans la majorité pénale.

En faveur de la décision a joué l’argument selon lequel les jeunes concernés ont pleinement conscience de leurs actions. Ils sont aussi davantage cooptés par des organisations criminelles justement parce que soumis à des peines moins importantes que les adultes (3 ans maximum ; contre 30 ans maximum pour un adulte). Cette mesure était débattue depuis les années 1990, mais n’a été votée que maintenant. La surprise demeure dans le fait que cela ait pris tant de temps pour qu’elle soit votée. Un sondage d’un site web d’information brésilien montre que la décision est soutenue par 88% de ses visiteurs.

Toutefois, la réduction de la majorité pénale relève de l’absurdité. L’argument selon lequel le système brésilien n’est pas assez répressif ne résiste pas à un examen rapide : avec une loi donnant des pouvoirs à l’Etat à l’encontre des adolescents dès l’âge de 12 ans, il s’agit d’un des systèmes les plus durs au monde.

De plus, seulement 1% des adolescents emprisonnés ont commis des crimes de sang. Il semble aberrant d’enfermer des jeunes entre 16 et 18 ans dans des prisons encombrées et dominées par des groupes criminels. Imaginer une quelconque sorte de réintégration sociale devient alors un exercice de naïveté. La mesure a l’air plutôt palliative, pour donner une sensation de violence combattuealors qu’elle ne s’attaque qu’aux conséquences et non pas aux causes.

Comme l’a dit dans son éditorial le quotidien Folha de São Paulo, l’expérience suggère que dans une société aussi inégale que la société brésilienne, le durcissement pénal sera appliqué de façon sélective. Le Parti des travailleurs a annoncé son intention de faire appel à la Cour suprême pour interroger la légalité de la réduction de la majorité pénale. Ce blog espère que l’action du PT aboutira. Car les résultats d’une mesure aussi populiste seraient forcément pernicieux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s